Astuce : les subventions dédiées aux travaux d’économie d’énergie

 

Aujourd’hui, les nouveaux bâtiments ne se conçoivent plus sans prendre en compte leur apport écologique. Il faut savoir que le secteur de l’immobilier représente à lui seul plus de 20 % des émissions de CO2 en France.

Ces émissions sont causées par une mauvaise isolation des bâtiments, découlant sur des fuites thermiques. En plus de cette notion écologique, ces pertes thermiques ont également un caractère économique. En effet, plus le logement est mal isolé et plus le propriétaire doit consommer de l’énergie, notamment en hiver pour chauffer le bâtiment. Autrement dit, la facture d’énergie est nettement plus élevée à la fin de l’année. La différence entre un logement récent et un bâtiment ancien est flagrante.

Pour y remédier, il est nécessaire que soient réalisés des travaux permettant d’améliorer les performances énergétiques. Non seulement ces travaux permettent d’obtenir des économies d’énergie, mais ils augmentent automatiquement la valeur du bien immobilier. Il devient plus facile à louer ou à vendre.

Afin de vous aider financièrement, il existe des subventions conçues pour les travaux d’économie d’énergie.

Comment sont définies les performances énergétiques d’un logement?

Avant d’évoquer les différentes subventions pour les travaux d’économie d’énergie, il est utile de connaître la façon dont sont calculées les performances énergétiques d’un bâtiment.

Ce calcul est obtenu suite à un bilan énergétique. Ce dernier est obligatoire si vous désirez mettre en vente ou en location votre logement. Il prend la forme d’un diagnostic de performance énergétique (DPE) pour les maisons et les immeubles de moins de 50 lots. Il faut passer par un audit énergétique dans le cas des immeubles de 50 lots ou plus.

Dans les deux cas, il en ressort deux indicateurs de performances énergétiques :

  • L’étiquette consommation : exprimée en kWh/m²/an, elle désigne la quantité d’énergie consommée pour savoir si le logement est plutôt économe ou énergivore :
    • A : consommation inférieure à 50
    • B : entre 51 et 90
    • C : entre 91 et 150
    • D : entre 151 et 230
    • E : entre 231 et 330
    • F : entre 331 et 451
    • G : supérieure à 451
  • L’étiquette des émissions de gaz à effet de serre : exprimée en kgéqCO2/m²/an, elle désigne la quantité de gaz à effet émis pour savoir si le logement est plutôt écologique ou polluant :
    • A : émissions inférieures à 5
    • B : entre 6 et 10
    • C : entre 11 et 20
    • D : entre 21 et 35
    • E : entre 36 et 55
    • F : entre 56 et 80
    • G : supérieures à 80

Les subventions provenant des collectivités territoriales

La première chose à faire est de vous renseigner auprès du service urbanisme de votre mairie pour connaître les différentes subventions auxquelles vous avez le droit selon la nature des travaux et selon vos ressources.

Il est possible de bénéficier de subventions provenant des collectivités territoriales telles que votre commune, le conseil général ou le conseil régional. Leur montant dépend de différents critères et de votre profil.

Les subventions provenant des organismes spécialisés

Pour obtenir une des subventions pour vos travaux d’économie d’énergie vous pouvez également vous adresser à certains organismes :

  • L’ANAH (Agence nationale de l’habitat) : il s’agit d’un établissement public assurant l’amélioration du parc national de logements privés existants. Il accorde des aides financières pour les travaux d’amélioration des performances énergétiques.
  • L’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) : il sert à développer et à aider les projets de protection de l’environnement et de la maîtrise d’énergie.
  • Selon la région où vous habitez, divers organismes peuvent vous aider à financer vos travaux. Renseignez-vous auprès de l’ADIL (Agence départementale d’information sur le logement).

bouton permettant de demander un devis en ligne

Les subventions des caisses de retraite

Elles s’adressent aux personnes à la retraite sous le régime général. Elles concernent les travaux d’amélioration ou d’adaptation du logement dans le but de réduire les pertes d’autonomie. Son notamment pris en compte les travaux d’isolation des pièces de vie, l’aménagement des sanitaires, et la motorisation des volets roulants qui peuvent être intégrés des travaux d’amélioration des performances énergétiques.

Bon à savoir : d’autres aides sont disponibles

En plus des subventions vous pouvez obtenir d’autres aides pour financer vos travaux d’économie d’énergie. Les plus intéressantes sont le crédit d’impôt pour la transition énergétique et l’éco-prêt à taux zéro. Ces deux aides nécessitent de remplir des conditions précises, dont l’obligation de choisir un artisan RGE (reconnu garant de l’environnement) pour la réalisation des travaux.

Notre conseil : prenez le temps de comparer les professionnels

Afin de trouver le bon artisan, celui qui propose la meilleure offre et qui est aussi certifié RGE, vous devez procéder à un comparatif de différents professionnels. A ce titre, le devis est un outil indispensable. Pour vous faire gagner du temps, notre site vous donne accès à une demande de devis gratuite pour que vous puissiez recevoir un maximum de devis de professionnels proches de chez vous et répondant à vos conditions.