Guide : Isolation d’un immeuble par l’extérieur

L’isolation thermique d’un bâtiment est devenue un point crucial. Les constructions récentes intègrent de base des infrastructures et des matériaux plus efficaces en matière d’isolation. Si bien que l’on parle de biens immobiliers passifs, c’est-à-dire qui consomment autant d’énergie qu’ils en produisent.

Par contre, pour les bâtiments plus anciens, et plus précisément ceux construits avant les années 2010, l’isolation thermique n’était pas un enjeu aussi important. Et plus on remonte dans le temps et plus cela se confirme. Un bâtiment des années « 70 » est nettement plus énergivore qu’une construction datant des années 2000.

Cependant, il existe des solutions permettant d’améliorer les performances énergétiques des bâtiments anciens. L’une des principales solutions étant l’isolation thermique de l’immeuble par l’extérieur.

Comment mesurer les performances énergétiques d’un immeuble ?

Les performances énergétiques d’un bâtiment désignent sa consommation moyenne en énergie et plus précisément en chauffage et en eau chaude sanitaire. Elles représentent également la qualité écologique de l’immeuble, c’est-à-dire s’il a tendance à gaspiller ou non de l’énergie et à laisser s’échapper de la chaleur et des gaz à effet de serre.

Pour connaître ces performances, un bilan énergétique est nécessaire. Réalisé par un professionnel qualité, ce bilan est obligatoire pour vendre ou louer le bien immobilier. Il est une validité de 10 ans. Selon le nombre de lots de l’immeuble, le bilan prend la forme :

  • Soit d’un diagnostic de performance énergétique (DPE) : pour les immeubles de moins de 50 lots
  • Soit d’un audit énergétique : pour les immeubles d’au moins 50 lots

L’audit est plus complet et plus précis. Les deux bilans permettent d’obtenir les deux étiquettes énergétiques :

  • Consommation d’énergie exprimée en kWh par m² par an :
    • A : < à 50
    • B : 51 à 90
    • C : 91 à 150
    • D : 151 à 230
    • E : 231 à 330
    • F : 331 à 451
    • G : > à 451
  • L’étiquette de la quantité d’émissions de gaz à effet de serre annuelle exprimée en kgéqCO2 par m² par an :
    • A : < à 5
    • B : 6 à 10
    • C : 11 à 20
    • D : 21 à 35
    • E : 36 à 55
    • F : 56 à 80
    • G : > à 80

L’objectif étant d’avoir une valeur la plus faible possible dans les deux étiquettes et donc une notation proche de A.

Bon à savoir : une isolation imposée par la loi lors d’une importante rénovation de l’immeuble

Depuis un décret datant de mai 2016, tous les bâtiments anciens sur lesquels sont réalisés d’importants travaux de ravalement de façade ou de réfection de toiture sont dans l’obligation de revoir également l’isolation thermique de la façade ou de la toiture (ou plancher haut du dernier niveau). Pour que cette isolation de l’immeuble par l’extérieure soit obligatoire, il est nécessaire que le ravalement ou la réfaction concerne 50 % de la façade ou du toit.

Bien sûr, si le bâtiment a déjà de très bonnes performances énergétiques, cette isolation n’est pas obligatoire.

De même, le décret inclut quelques exceptions :

  • Lorsque l’isolation thermique extérieure risque d’avoir un impact négatif sur l’esthétique du bâtiment, son confort ou son usage.
  • Lorsque le retour sur investissement du coût de l’isolation est supérieur à dix ans (aides comprises).

Notre conseil : choisissez un artisan RGE

Dans le cas d’une isolation d’immeuble par l’extérieur il est vivement recommandé d’opter pour un professionnel bénéficiant de la certification RGE : reconnu garant de l’environnement. Délivrée par une entreprise de qualification (Qualibat, Qualifelec…), cette certification assure que l’artisan respecte des critères stricts en matière d’isolation afin que celle-ci soit la plus efficace possible et la plus respectueuse de l’environnement.

De plus, le label RGE est indispensable si vous voulez profiter de certaines aides pour financer les travaux d’isolation d’un immeuble par l’extérieur. Il fait notamment partie des conditions requises pour bénéficier d’un crédit d’impôt pour la transition énergétique. Il vous permet de profiter d’une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 30 % du montant total des travaux et dans la limite de 8 000 euros pour une personne seule et de 16 000 euros pour un couple.

Idem si vous désirez obtenir un éco-prêt à taux zéro, le label RGE est indispensable.

Comparez les différents professionnels pour trouver la meilleure offre

Afin de prendre la bonne décision et de choisir un artisan qui soit à la fois qualifié et dans votre budget, vous devez absolument prendre le temps de comparer les différents professionnels.

La première chose est d’établir vos critères de choix : budget, labels, durée des travaux… Ensuite, selon ces critères, vous pourrez plus facilement présenter votre projet et trier les différentes offres.

Le meilleur outil pour effectuer ce comparatif reste le devis. Nous mettons à votre disposition une demande de devis gratuite. Vous y décrirez votre projet et la demande est envoyée à différents professionnels qui vous enverront en retour leur devis.

bouton permettant de demander un devis en ligne

Un prix qui dépend de différents paramètres

Pour l’isolation d’un immeuble par l’extérieur, comptez entre 80 et 120 euros le m². Le prix est très variable selon les différents paramètres de l’isolation thermique :

  • Surface à isoler
  • Matériaux isolants utilisés
  • Type d’isolation (sous bardage, sous enduit, etc.)
  • Tarifs de l’artisan
  • Accessibilité

L’intervention d’un expert est souvent nécessaire pour choisir la meilleure solution et définir quels sont les travaux à envisager.

Le prix d’une isolation thermique est relativement élevé, mais sachez que sur le long terme, l’opération devient rentable grâce aux économies réalisées sur votre consommation d’énergie. De plus, au sein d’un immeuble en copropriété le coût est divisé entre les différents copropriétaires à hauteur de la valeur en tantième de leur lot.